Madame Manet au piano

Madame Manet au piano


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fermer

Titre : Madame Manet au piano.

Auteur : MANET Edouard (1832 - 1883)

Date de création : 1868

Date représentée :

Dimensions : Hauteur 38 - Largeur 46,5

Technique et autres indications : Huile sur toile

Lieu de Conservation : Musée d'Orsay site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - H. Lewandowskisite web

Référence de l'image : 93DE6042/RF 1994

© Photo RMN-Grand Palais - H. Lewandowski

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Le piano, roi des instruments au XIXe siècle

Ce tableau illustre un thème alors souvent traité par les peintres. Il ne manquait cependant pas de maisons où, comme chez les Manet, le piano ne faisait pas la détresse des familles et des voisins.

Analyse des images

Amateur de musique, en effet, comme Degas et tant d’autres artistes de son temps, Manet avait connu Suzanne Leenhof, qu’il épousa en 1863, lorsqu’en 1849, elle donnait des leçons de piano à ses jeunes frères. A l’époque où il a peint ce tableau (1867-1868), elle allait régulièrement avec une amie alléger les derniers moments de Baudelaire, aphasique et à demi paralysé, en lui jouant du Wagner. Excellente interprète – de Schumann, en particulier, alors mal connu en France –, c’est à elle qu’en 1873 Emmanuel Chabrier, un des meilleurs amis du couple, dédiera son Impromptu en do majeur, sa première œuvre importante pour le piano. En sa compagnie, Suzanne Manet dut plus d’une fois jouer des quatre-mains passionnés ou fantasques aux applaudissements de Berthe Morisot, la belle-sœur de son mari, elle aussi peintre et grande amie du compositeur.

Interprétation

Le piano n’était pas seulement l’instrument de la délectation solitaire comme il semble l’être dans ce tableau : madame Manet jouait pour un public d’amis ; et nombreux sont les salons où se produisaient amateurs et professionnels. Ce n’est donc pas un hasard si, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la musique de chambre a connu un âge d’or, et si de César Franck à Claude Debussy et Gabriel Fauré, les compositeurs français lui ont donné souvent le meilleur de leur inspiration. A la fin du siècle, le monde de La Recherche du temps perdu retentit de soirées musicales auxquelles n’assistent pas seulement des snobs. Comme Proust lui-même, le narrateur a appris le piano. Et, lorsqu’un soir, il trompe son attente de la femme aimée avec la sonate de Vinteuil puis une transcription de Tristan et Isolde de Wagner, les réflexions qu’elles lui inspirent, montrent combien la pratique, même en amateur, permet une connaissance plus riche et plus fine de la musique que l’écoute passive d’un concert ou d’un enregistrement.

  • musique
  • portrait

Bibliographie

Manet Catalogue de l’exposition.Grand Palais, Paris, RMN, 1983.

Pour citer cet article

Georges LIÉBERT, « Madame Manet au piano »


Video: La Musique du Téléthon au piano! 36 37!!!


Commentaires:

  1. Kamil

    Excuse, is far away

  2. Meztit

    Vous avez frappé la place. Une excellente idée, je suis d'accord avec vous.

  3. Ricker

    Parfois, il y a des choses et c'est pire

  4. Hohberht

    Maintenant tout est clair, merci beaucoup pour l'aide dans cette question. Comment me remercier ?

  5. Vogami

    Bravo, l'idée est merveilleuse et opportune



Écrire un message