« Noirs de pelle », esclaves en Guyane

« Noirs de pelle », esclaves en Guyane


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • Nègres creusant un canal.

    ANONYME

  • Plan de l'habitation Savane Jappé au quartier de Montsinery. Guyane.

  • Carte de l'île de Cayenne et des rivières voisines par d'Anville.

  • Lettre de Victor Hugues, commissaire du gouvernement en Guyane, au ministre de la Marine et des Colonies.

Fermer

Titre : Nègres creusant un canal.

Auteur : ANONYME ( - )

Date représentée :

Dimensions : Hauteur 33 - Largeur 27,5

Technique et autres indications : Aquarelle.Fin XVIIIe siècle - Début XIXe siècle

Lieu de Conservation : Musée d'Aquitaine site web

Contact copyright : © Mairie Bordeaux - Photo JM Arnaud

Référence de l'image : inv. 2003.4.306

Nègres creusant un canal.

© Mairie Bordeaux - Photo JM Arnaud

Fermer

Titre : Plan de l'habitation Savane Jappé au quartier de Montsinery. Guyane.

Auteur :

Date de création : 1746

Date représentée : 1746

Dimensions : Hauteur 45 - Largeur 28,5

Technique et autres indications : Tribunal terrier de Cayenne, engistrement des procès-verbaux d'arpentage dressés par Molinier, arpenteur royal.

Lieu de Conservation : Archives départementales de la Guyane

Contact copyright : © Archives départementales de la Guyane

Référence de l'image : AD973 / B

Plan de l'habitation Savane Jappé au quartier de Montsinery. Guyane.

© Archives départementales de la Guyane

Fermer

Titre : Carte de l'île de Cayenne et des rivières voisines par d'Anville.

Auteur :

Date de création : 1729

Date représentée : 1729

Dimensions : Hauteur 38 - Largeur 50

Lieu de Conservation : Centre historique des Archives nationales site web

Contact copyright : © Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Référence de l'image : NIII / Guyane 1

Carte de l'île de Cayenne et des rivières voisines par d'Anville.

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Fermer

Titre : Lettre de Victor Hugues, commissaire du gouvernement en Guyane, au ministre de la Marine et des Colonies.

Auteur :

Date de création : 1803

Date représentée : 08 décembre 1803

Dimensions : Hauteur 28 - Largeur 18,5

Lieu de Conservation : Centre des Archives d'Outre-Mer site web

Contact copyright : © Centre des Archives d'Outre-Mer

Référence de l'image : CAOM / C14 / 82 - (N° 270)

Lettre de Victor Hugues, commissaire du gouvernement en Guyane, au ministre de la Marine et des Colonies.

© Centre des Archives d'Outre-Mer

Date de publication : décembre 2006

Vidéo

« Noirs de pelle », esclaves en Guyane

Vidéo

Contexte historique

Les canaux, artères de communication en Guyane

En Guyane, le travail des esclaves est largement mobilisé pour la création d’unités de production agricole, les habitations, vastes espaces de plusieurs centaines d’hectares gagnés sur la forêt par le défrichage, ainsi que pour l’aménagement du territoire. A partir de Cayenne, seul port maritime ouvert sur les liaisons transatlantiques, le mouvement de colonisation s’étend le long des estuaires et dans des régions marécageuses, où le transport terrestre est peu praticable.

Des canaux complètent le réseau fluvial pour l’écoulement des productions. Esclaves du roi, propriété de l'administration et esclaves des habitations privées sont réquisitionnés pour le percement et l'entretien de ces voies d’eau. L’aménagement des canaux, utiles au drainage et à la navigation, prend une nouvelle ampleur et permet de mettre en exploitation les terres basses du pays.

Analyse des images

Les « Noirs de pelle »

En plein labeur, les esclaves sont ici vêtus d'un simple pagne. Les « noirs de pelle » spécifiquement utilisés pour les travaux les plus pénibles tel le terrassement, constituent la catégorie d’esclaves la plus défavorisée. Les membres noueux, le dos courbé et le regard douloureux traduisent la souffrance au quotidien de ces hommes, unique force de travail pour réaliser et entretenir des aménagements d'envergure que la nature remet sans cesse en cause. C’est dans la région de l’Approuague, où l’administration avait développé son plus ambitieux projet de poldérisation, qu’a lieu, en décembre 1790, une importante révolte armée d’une quarantaine d’esclaves.

Les esclaves sont bien moins nombreux en Guyane que dans les îles françaises des Antilles ou dans les colonies hollandaises et anglaises voisines. Leurs conditions de vie sur les habitations sont réglementées par la police des ateliers qui prescrit seulement aux maîtres de fournir une fois par an quelques pièces de tissus, ainsi qu'une chemise et une jupe pour les femmes, une chemise, une culotte longue et un chapeau pour les hommes. Les esclaves produisent eux-mêmes une part importante de leur nourriture en cultivant leurs abattis.

La maison du maître, maison créole traditionnelle en charpente avec debord de toiture et galerie en façade, conserve un caractère très rustique en Guyane. Dans les exploitations en terres basses, elle est localisée près du canal qui en facilite l’accès. La recherche d’une bonne ventilation, préoccupation majeure pour se protéger des insectes et limiter les effets d’un climat malsain, justifie souvent la construction d’un étage.

Les grandes constructions de bois plus sommaires, à l'arrière-plan, abritent probablement les équipements industriels (sucrerie, moulins, entrepôts…). A droite, les plus petites correspondent aux cases d'esclaves. Les palissades délimitent généralement les parcs à bestiaux.
Les principales productions agricoles destinées à l'exportation consistent en coton, rocou, café, épices et cacao jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les hautes tiges vertes, près desquelles deux esclaves travaillent le sol, évoquent la canne à sucre dont le développement dans les terres basses assure une relative prospérité à la colonie à partir de la première moitié du du XIXe siècle.

Un arbre de grande taille, à l'ombre duquel se tient peut-être le commandeur chargé par le maître de surveiller l'ensemble des travaux, présente un tronc qui prend appui sur des racines en contrefort ; le sol guyanais, très mince, est vite épuisé par des cultures intensives. En revanche la région est riche en espèces de palmiers amazoniens qui fournissent une partie des ressources vivrières de l'habitation.

L'habitation Savane Jappé au quartier de Montsinery.

Le plan figure l'organisation générale d'une exploitation agricole. La concession comporte des espaces non encore défrichés (grands bois debout) ou impraticables (savane noyée), des espaces mis en exploitation et plantés en roucou, plante tinctoriale destinée à l'exportation, et d'autres attribués aux esclaves pour y cultiver leurs vivres (abattis à manioc). Le degrad ou débarcadère relie l'habitation à la rivière conduisant à Cayenne. La demeure du maître voisine avec un élégant jardin, face aux "cases à nègres" alignées sous son regard. Un arbre "petit feuille" servant de borne est aussi figuré : de tous temps, les géants de la forêt guyanaise servent de point de repère.

L'espace colonisé au XVIIIe siècle

Dans un territoire limité entre les fleuves Mahury et Kourou apparaissent les différentes composantes de la société guyanaise du XVIIIe siècle : Cayenne, chef-lieu de la colonie et port où abordent les navires négriers constitue, avec le réseau dense des habitations, l'espace de vie des esclaves. Outre les types de cultures pratiquées, la carte mentionne aussi l'ouverture d'un canal de communication par aménagement d'une petite rivière ("crique"), entre les rivières de Montsinery et de Macouria.

Cet univers colonial voisine avec des villages amérindiens ("Carbet d'Indiens nouragues"), parfois identifiés par le nom d'un personnage célèbre ("carbet d'Apolimbo, fameux piaye") ou encore regroupés dans le cadre d'une mission jésuite (Mission du Père Lombard où sont rassemblés les Galibis, Arouas et autres Indiens). Aux marges enfin, sont signalés des "nègres marrons ou fugitifs" dans une zone qui n'est pas encore habitée.

L'aménagement des terres basses

L'idée de développer les terres basses sur le modèle du Surinam est formulée depuis le début du XVIIIe siècle mais se heurte au manque de moyens du gouvernement local comme des colons. La lettre de Victor Hugues traduit la difficulté de mobiliser les compétences utiles et la force de travail indispensable. Elle ne dit rien de la pénibilité de l'entreprise : 200 hommes ont ouvert, en 4 mois, dans une zone de marécage, une première section de canal longue de 3,5 kilomètres, large de 12 mètres et profonde de 2, ainsi qu'une seconde section longue de 2,7 kilomètres et large de 6 mètres.

Interprétation

Jusqu'en 1848, le travail physique des esclaves fut la seule énergie mobilisée pour l'accomplissement des travaux de colonisation et de développement économique. Le système des habitations a disparu après l'abolition. En revanche, les équipements de canaux, gagnés sur une nature hostile à force de bras, demeurent présents dans le paysage et sont encore visibles d'avion malgré l'invasion de la végétation.

  • histoire coloniale
  • esclavage
  • Guyane
  • outre-mer
  • canal
  • Noir

Bibliographie

Marie POLDERMANLa Guyane française, 1676-1763.Mise en place et évolution de la société coloniale, tensions et métissageMatoury, Ibis rouge éditions, 2004.Serge MAM LAM FOUCKLa Guyane française au temps de l'esclavage, de l'or et de la francisation (1802-1946)Petit-Bourg, Ibis rouge éditions, 1999.Guide des sources de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitionsDirection des Archives de France, La documentation française, Paris, 2007.

Pour citer cet article

Françoise LEMAIRE, « « Noirs de pelle », esclaves en Guyane »


Video: Racines africaines Antilles, Martinique, Guadeloupe, Afrique, Guyane


Commentaires:

  1. Faebar

    Merci pour cet article intéressant. J'attendrai de nouvelles annonces.

  2. Pelias

    Quelle science.

  3. Gallagher

    Je considère que vous commettez une erreur. Je peux défendre la position. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  4. Lear

    Tu as tout à fait raison. Il y a quelque chose là-dedans et l'idée est excellente, je la soutiens.

  5. Maceo

    Dûment sujet

  6. Kazrami

    D'accord, la pièce remarquable

  7. Laoidhigh

    Il y a quelque chose là-dedans. Merci beaucoup pour l'information, maintenant je ne ferai pas une telle erreur.

  8. Ho

    Peu importe à quel point nous essayons tous, ce sera toujours comme l'univers l'a prévu. Pendant que je lisais, mon cerveau est mort.



Écrire un message