La paix de Brest-Litovsk

La paix de Brest-Litovsk


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

    ANONYME

  • La délégation bolchevique à son arrivée à Brest-Litovsk.

    ANONYME

Fermer

Titre : La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

Auteur : ANONYME ( - )

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

Dimensions : Hauteur 0 - Largeur 0

Technique et autres indications : Le maréchal von Eichhorn et, à sa gauche, le général Von Bredow.

Lieu de Conservation :

Contact copyright : © Tous droits réservés

La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

© Tous droits réservés

Fermer

Titre : La délégation bolchevique à son arrivée à Brest-Litovsk.

Auteur : ANONYME ( - )

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

Dimensions : Hauteur 0 - Largeur 0

Technique et autres indications : Adolphe Ioffé, coiffé d'une toque de fourrure, et devant lui peut-être Lev Kamenev.

Lieu de Conservation :

Contact copyright : © Tous droits réservés

La délégation bolchevique à son arrivée à Brest-Litovsk.

© Tous droits réservés

Date de publication : janvier 2005

Contexte historique

Située sur le Bug, Brest-Litovsk a été choisie comme lieu de négociations entre l’Allemagne impériale et le pouvoir bolchevique. Les pourparlers de paix s’engagent le 22.
Le traité de paix concrétise un rapport de force défavorable aux bolcheviks. A une « paix démocratique » sans annexion ni indemnités, Lénine avait d’abord posé comme alternative la guerre révolutionnaire dont, en réalité, les bolcheviks n’ont pas les moyens. Devant l’ultimatum des Allemands, qui annoncent le 17 février la fin de l’armistice pour le lendemain, Lénine est contraint d’accepter une « paix infâme », provoquant une opposition au sein même de son parti où il se trouve minoritaire. Mais conscient du danger que représente cette sorte de « quitte ou double » pour le régime bolchevique lui-même, Lénine poursuit, avec obstination, le combat politique alors que Petrograd est bientôt menacé par l’avance des troupes allemandes. « Si vous ne signez pas, vous signerez la condamnation à mort du pouvoir soviétique dans trois semaines », déclare-t-il. Lors d’un troisième vote, il l’emporte mais la crise n’est pas close : Trotski démissionne du Conseil des commissaires du peuple, Lénine menace de quitter le Comité central du parti.

Analyse des images

La première photographie montre le maréchal von Eichhorn et, à sa gauche, le général Von Bredow à leur arrivée à Brest-Litovsk. Ce sont donc des militaires qui négocient une paix qui doit permettre à l’armée allemande de concentrer ses forces sur le front occidental face aux Français et aux Britanniques. Côté bolchevique, ce sont des civils qui représentent le nouveau pouvoir encore si fragile : Adolphe Ioffé, ancien président du Comité militaire révolutionnaire, coiffé d’une toque de fourrure, et, devant lui, un personnage à l’identité incertaine, peut-être Lev Kamenev, ce qui permettrait de dater le document de la fin de décembre 1917.

Interprétation

Devant l’offensive des Allemands, Lénine a fait le choix de « céder de l’espace pour gagner du temps », selon la formule de Karl Radek. La Pologne, la Finlande, les États baltes et la Biélorussie passent d’une occupation allemande de fait à une occupation reconnue ; la Géorgie gagne son indépendance ; les bolcheviks s’engagent à verser des réparations. On estime que ce traité fait perdre la Russie 27 % de son territoire, 26 % de sa population ainsi que le tiers de sa production de blé. La délégation bolchevique arrive à Brest-Litovsk le 28 février. Entamées dès le 1er mars, les négociations s’achèvent le 3 par la signature du traité ; il sera ratifié par le Congrès des soviets le 16 et le Reichstag le 22. Le traité devient caduc avec la défaite de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie un peu plus de huit mois plus tard.
Paradoxalement ces négociations inauguraient les relations politiques et diplomatiques que les bolcheviks et l’Allemagne allaient développer à l’occasion de la conférence de Gênes (1922) - les deux grands pays vaincus s’alliant face aux vainqueurs...

  • bolchevisme
  • communisme
  • Guerre de 14-18
  • Lénine (Vladimir Ilitch Oulianov, dit)
  • paix
  • Russie
  • Révolution russe
  • Staline (Joseph Vissarionovitch Djougachvili, dit)
  • Ukraine
  • Kamenev (Lev Borissovitch)
  • Boukharine (Nikolaï)

Bibliographie

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.Marc FERROLa Révolution russe d’octobre 1917Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997.Malia MARTINComprendre la révolution russeParis, Seuil.Richard PIPESLa Révolution russetraduit de l’américain sous la direction de Jean-Mathieu LUCCIONI, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Pour citer cet article

Jean-Louis PANNE, « La paix de Brest-Litovsk »


Video: Les accords secrets et arrangements diplomatiques Brest Litovsk 15 2017 2017


Commentaires:

  1. Tot

    Vous vous êtes spécialement inscrit au forum pour vous remercier pour votre aide sur cette question.

  2. Yozshugar

    Il y a quelque chose. Maintenant, tout est devenu clair pour moi, merci beaucoup pour l'information.

  3. Voodoojora

    L'idée remarquable

  4. Caradoc

    Je veux dire, vous autorisez l'erreur. Je peux défendre ma position.



Écrire un message