Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne

Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fermer

Titre : Réception de la Reine Victoria à Boulogne-sur-Mer, le 18 août 1855.

Auteur : ARMAND Louis ( - )

Date de création : 1856

Date représentée : 18 août 1855

Dimensions : Hauteur 120 - Largeur 218

Technique et autres indications : Huile sur toile.

Lieu de Conservation : Musée national du Château de Compiègne site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudetsite web

Référence de l'image : 88-003715 / C31D4;C1405;MV1938

Réception de la Reine Victoria à Boulogne-sur-Mer, le 18 août 1855.

© Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudet

Date de publication : avril 2009

Contexte historique

Derrière le décorum, deux puissances conduisent la guerre de Crimée

En juillet 1853 l’expansionnisme de la Russie, justifié par sa vocation à la protection des orthodoxes, a mené à l’occupation de la Moldavie et de la Valachie, principautés roumaines alors sous obédience ottomane. C’est à cette fin qu’auront lieu deux visites officielles en 1855 : invité à Windsor au printemps, le couple impérial recevra ensuite la souveraine britannique en France à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris.

Ces grandes manifestations internationales constituent alors des jalons importants. Si l’Angleterre détient le leadership, comme l’exposition londonienne de 1851 l’a montré, celle de Paris témoigne du dynamisme français.

Analyse des images

Célébrer les fastes impériaux

En ce 18 août, le navire royal a accosté dans l’avant-port de Boulogne-sur-Mer, formé par l’estuaire de la Liane, où se déroule la cérémonie d’accueil. L’ensemble du tableau se situe sur la passerelle. L’empereur est allé à la rencontre de la souveraine. Debout, à quelques mètres en arrière, le prince consort est entouré de la princesse royale Victoria et du futur Édouard VII. Au même moment, les navires de guerre et les troupes stationnées sur la falaise tirent des salves dans la fumée desquelles ils disparaissent. Agglutinée sur l’esplanade que domine le bâtiment du Casino, la foule exulte, contenue par des unités de soldats en grand uniforme. Derrière le dais pavoisé, des bannières nationales attendent les landaus. Le cortège doit en effet rejoindre la gare. Il s’agit de gagner Paris où la population se masse entre la gare de l’Est et le château de Saint-Cloud, lieu de résidence de Victoria lors de son séjour parisien.

Interprétation

Sortir du carcan de la Sainte Alliance

Napoléon III donne une nouvelle dimension à l’Entente cordiale. Elle s’inscrit dans sa conception politique de l’Europe, fondée sur l’émancipation des nationalités. De plus, l’empereur est anglophile. Reconnaissant de l’accueil qu’il reçut outre-Manche lors de ses combats politiques, c’est un admirateur des institutions britanniques. C’est au nom de cette alliance que la France, d’abord médiatrice entre la Russie et la Porte, a accompagné l’Angleterre – elle aussi très soucieuse de la situation en Méditerranée orientale. L’issue victorieuse, sinon le déroulement chaotique du conflit, consolide la position du régime impérial en Europe. Les négociations ont lieu lors du congrès de Paris (25 février-8 avril 1856). Le principe de l’autonomie des nationalités y progresse avec l’émergence des principautés roumaines. L’Europe de Napoléon Ier avait été engloutie par les traités de Vienne et d’Aix-la-Chapelle instituant la Sainte puis la Quadruple-Alliance. Celle de son neveu émerge moins de quarante après. L’alliance anglaise dont témoigne ce tableau contribue à expliquer cette réussite.

  • Entente cordiale
  • Guerre de Crimée
  • Napoléon III
  • politique des alliances
  • port
  • Reine Victoria
  • Royaume-Uni
  • Second Empire
  • vie de cour
  • Sébastopol

Bibliographie

Napoléon III et la reine Victoria, une visite à l’exposition universelle de 1855, catalogue de l’exposition du musée national du Château, Compiègne, 4 octobre 2008-15 janvier 2009, R.M.N., 2008.Pierre MILZA, Napoléon III, Paris, Perrin, 2004.Jean TULARD (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995.

Pour citer cet article

Bernard COLOMB, « Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne »


Video: Boulogne-sur-Mer, entre vents et marée


Commentaires:

  1. Westley

    Vous avez tort. Entrez, nous discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  2. Gibson

    Merci pour votre travail acharné !!

  3. Zule

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je suis assuré. Discutons-en. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  4. Neb-Er-Tcher

    Je veux dire que vous n'avez pas raison. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM.

  5. Nef

    Remarkable idea and it is duly



Écrire un message