Les suffragettes

Les suffragettes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

"Les françaises veulent voter"

© Collections La Contemporaine

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Les Françaises veulent voter

L’Union française pour le suffrage des femmes, créée en 1909 par Jeanne Schmahl avec l’appui du journal La Française, est bientôt dirigée par Cécile Brunschvig, femme du philosophe Léon Brunschvig. D’où le oui sort, presque unanime.

Analyse des images

Une partition des tâches assumée

Cette affiche au fusain montre des femmes, alignées comme convenu dans un bureau de vote, devant l’urne, symbole du suffrage universel, drapée d’un drapeau tricolore dont on devine quelques fragments. La première s’apprête à déposer là son bulletin, la troisième le tient à la main, une quatrième le brandit, en manière de flambeau. La seconde, figure de la mère, penchée sur son nourrisson ne peut le donner à voir. Toutes ont la mise bourgeoise (chaussures fines à talon, manteau de drap). Une seule porte le chapeau mais les autres ont la coiffure serrée qui sied à une femme convenable. « Les Françaises veulent voter », souligne une légende, redondante. Sur l’urne sont affichés les objectifs spécifiés qui les motivent : contre l’alcool, le taudis, la guerre, trois périls constamment dénoncés avant guerre, facteurs de misère, fatals aux familles. Les périls sociaux ne menacent pas directement le milieu auquel ces femmes appartiennent à l’évidence, mais résument leurs activités philanthropiques. Le danger de guerre est en revanche universel.

Interprétation

Deux approches divergentes de la citoyenneté

Cette affiche revendique des préoccupations et une capacité d’expertise propre aux femmes ; des femmes qui devraient être admises à s’exprimer en tant qu’elles représentent des intérêts particuliers. Elle se situe par là dans l’approche utilitariste de la démocratie qui domine dans les pays anglo-saxons, et qui a valu là aux femmes de conquérir de façon précoce des droits politiques, en raison, précisément de cette spécificité. Mais cette conception à laquelle adhèrent alors la plupart des organisations suffragistes françaises contrevient à l’universalisme qui prévaut en France : le suffrage universel dérive là du principe d’égalité entre les individus. La femme est privée du suffrage universel en tant qu’elle n’est pas un individu abstrait. Malgré ces choix stratégiques d’un féminisme modéré, issu de militantes « bonnes élèves de la République », la revendication s’exprime dans des formes qui la rendent inassimilable, si du moins il en était besoin.

  • démocratie
  • femmes
  • féminisme
  • suffrage universel
  • vote des femmes

Bibliographie

Raymond HUARD Le Suffrage universel en France Paris, Aubier, 1991 Michel OFFERLÉ Un homme, une voix ? Histoire du suffrage universel Paris, Gallimard, coll. « Découvertes » 1993.Pierre ROSANVALLON Le Sacre du citoyen Paris, Gallimard, 1995.Christine BARD Les Filles de Marianne, Histoire des féminismes Paris, Fayard, 1995.

Pour citer cet article

Danielle TARTAKOWSKY, « Les suffragettes »


Video: Votes for Women - History of Britain B16


Commentaires:

  1. Guzil

    Vous autorisez l'erreur. Je peux défendre ma position.

  2. Baktilar

    Plus précisément cela ne se produit pas

  3. Suhayb

    Auteur, où pouvez-vous trouver un tel design? J'ai vraiment aimé ...

  4. Gottfried

    Vous n'êtes pas correcte. Discutons. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  5. Ferr

    Quels mots ... la pensée phénoménale, admirable

  6. Clyde

    Parfaitement, et je pensais.



Écrire un message