Aichi E13A 'Jake'

Aichi E13A 'Jake'


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Aichi E13A 'Jake'

L'hydravion de reconnaissance Aichi E13A 'Jake' Navy Type 0 était l'hydravion japonais le plus important de la Seconde Guerre mondiale. Il est entré en service juste avant l'attaque de Pearl Harbor et est resté en service jusqu'à la fin de la guerre, opérant à partir des croiseurs et cuirassés de la flotte japonaise et des bases à terre, normalement dans son rôle prévu d'avion de reconnaissance, mais aussi à l'occasion comme transport d'état-major ou bombardier.

L'E13A a commencé sa vie sous le nom d'E12A, un hydravion de reconnaissance biplace à deux flotteurs conçu en réponse à une spécification de la marine japonaise 12-Shi (1937) pour un avion destiné à remplacer l'hydravion à trois places Kawanishi E7K2. Aichi, Kawanishi et Nakajima ont tous été invités à soumettre des conceptions pour satisfaire à cette spécification. Le Kawanishi E12K n'a jamais dépassé le stade de la conception, mais deux prototypes chacun ont été construits à partir de l'Aichi E12A et du Nakajima E12N.

À la fin de 1937, la Marine a publié une deuxième spécification 12-Shi, cette fois pour un hydravion à deux flotteurs à trois places. Kawanishi a décidé de se concentrer sur ce projet, produisant deux prototypes de l'E13K, tandis qu'Aichi a décidé de produire une version plus grande de l'E12A.

Les prototypes E12A et E13A ont tous deux effectué leurs vols inauguraux à la fin de 1938. Les propres tests d'Aichi ont révélé que l'E13A était le meilleur avion, avec son moteur Mitsubishi Kinsei 43 plus puissant de 1 060 ch compensant largement son poids supplémentaire. La marine japonaise avait également décidé qu'elle préférait les trois conceptions de moteurs, et donc les travaux sur les biplaces E12A et E12N ont été suspendus. En 1940, l'Aichi E13A a été testé contre le Kawanishi E13K par des pilotes de la marine, et en décembre 1940, l'Aichi E13A a été déclaré vainqueur du concours et mis en production sous le nom d'hydravion de reconnaissance de type 0 de la marine, modèle 1 (bientôt changé en modèle 11).

Aichi produira un total de 133 E13A1 entre 1940 et 1942. 48 autres ont été produits par le 11e arsenal aéronaval à Hiro (Dai-Juichi Kaigun Kokusho), mais le plus gros producteur de l'E13A1 serait le Kyushu Hikoki K.K. (Watanabe Tekkosho (Ferronnerie) jusqu'en 1943). Entre 1942 et la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils ont produit 1 237 E13A1, portant la production totale à 1 418.

Les premiers E13A1 ont été utilisés pour équiper les croiseurs japonais et les annexes d'hydravions opérant au large des côtes chinoises en 1941, et leurs débuts au combat ont été une série de raids de bombardement sur le chemin de fer Canton-Hankow. L'E13A a rejoint la 8th Cruiser Division à temps pour prendre part à l'attaque de Pearl Harbor. Alors que la production s'intensifiait en 1942, le E13A s'est répandu dans toute la marine japonaise et pourrait bientôt être trouvé partout où la marine opérait.

A Midway, le E13A1 a été transporté sur le Haruna, Chikuma et Ton dans la Carrier Strike Force du vice-amiral Nagumo. Les Le ton L'avion de recherche n°4, piloté par le maître de première classe Yoji Amari, a en fait découvert la flotte américaine le matin du 4 juin, mais pour une raison quelconque, il n'a pas signalé la présence des porte-avions. Ce manque de clarté a contribué à produire la confusion sur les porte-avions japonais qui a pris fin quelques heures plus tard avec l'incendie de trois des quatre porte-avions japonais.

Au milieu de 1943, il y en avait peut-être autant à 250 E13A en mer sur des navires de guerre japonais, tandis que d'autres opéraient à partir de bases à terre. L'absence de réservoirs de carburant auto-obturants et de blindage d'équipage de l'E13A le rendait très vulnérable lorsque des avions de chasse américains étaient rencontrés, mais malgré cela, il resta utilisé jusqu'à la fin de la guerre. Là où les chasseurs ennemis n'étaient pas attendus, le E13A était parfois utilisé comme bombardier et pour attaquer les navires. Vers la fin de la guerre, la plupart des avions restants ont été utilisés dans des attaques kamikazes.

Aichi E13A1 Navy Type 0 Hydravion de Reconnaissance Modèle 1 puis 11

L'E13A1 était la version de production principale de 1940 à 1944, et était essentiellement identique au prototype. L'E13A1 a conservé le moteur radial Kinsei 43 pendant toute sa production. Cette version était armée d'une seule mitrailleuse .303in dans le cockpit arrière

Aichi E13A1a Marine Type 0 Hydravion de Reconnaissance Modèle 11A

En 1944, deux nouvelles versions du E13A1 sont apparues. Les seules différences externes avec le E13A1 étaient l'ajout de deux autres paires d'entretoises de contreventement de flotteur inclinées vers l'intérieur et l'utilisation d'un cône d'hélice. Les deux nouvelles versions pourraient utiliser des amortisseurs de flamme d'échappement pour les opérations de nuit et pourraient transporter un canon flexible de 20 mm tirant à travers le fuselage pour une utilisation contre les bateaux américains PT. Le E13A1a emportait également un équipement radio amélioré.

Aichi E13A1b Marine Type 0 Hydravion de Reconnaissance Modèle 11B

Le E13A1b modèle 11B a reçu un radar air-sol, portant les antennes sur le bord d'attaque de l'aile et les côtés du fuselage arrière.

Moteur : Mitsubishi Kinsei 43 14 cylindres en étoile
Puissance : 1 080 ch à 6 560 pieds, 1 060 ch au décollage
Équipage : 3
Envergure : 47 pieds 7 pouces
Longueur: 37ft 1in
Hauteur : 24 pieds 3,3 pouces
Poids : 8 818 lb chargé, 12 192 lb maximum
Vitesse maximale : 234 mph à 9 845 pieds
Vitesse de croisière : 138 mph à 6 560 pieds
Plafond de service : 28 640 pi
Portée : 1 298 milles
Endurance : jusqu'à 15 heures
Armement : Un canon de 20 mm tirant vers le bas en position ventrale, une mitrailleuse de .303 pouces dans le cockpit arrière
Charge de bombe : Une bombe de 551 lb ou quatre bombes de 132 lb ou grenades sous-marines transportées à l'extérieur


Aichi E13A Jake

Numériquement le plus important de tous les hydravions à flotteurs japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, le monoplan Aichi E13A (dont 1 418 exemplaires ont été produits) est issu d'une spécification d'état-major de la marine délivrée à Aichi, Kawanishi et Nakajima en 1937 pour un hydravion de reconnaissance à trois places destiné à remplacer le biplan à flotteurs Kawanishi E7K2 de six ans. Un prototype a été achevé à la fin de 1938 et après des essais compétitifs avec le Kawanishi E13K en décembre 1940 a été mis en production sous le nom d'hydravion de reconnaissance de type 0 de la marine. bombe de 250 kg chacun, a volé une série de raids sur le chemin de fer Hankow-Canton. Peu de temps après, des hydravions E13A1 ont accompagné la 8e division de croiseurs japonaise pour des patrouilles de reconnaissance lors de la frappe contre Pearl Harbor en décembre 1941.

Par la suite, alors que la production passait au Kyushu Hikoki KK à Zasshonokuma et s'accélérait, les hydravions (nommés « Jake » par les Alliés) furent embarqués dans les cuirassés et les croiseurs des Kantais (flottes), y compris le cuirassé Haruna et les croiseurs Chikuma et Tone of Vice. L'Amiral Nagumo's Carrier Strike Force à la bataille de Midway. En raison de problèmes mécaniques avec les catapultes des navires, le lancement de l'un des quatre E13Al pour rechercher les porte-avions américains à l'aube du crucial 4 juin 1942 a été retardé, privant les Japonais de l'initiative vitale pendant les premières étapes de l'assaut sur Midway. . De plus, l'E13A1 du Chikuma a été contraint de revenir plus tôt lorsqu'il a eu des problèmes de moteur, réduisant encore la zone de recherche très importante. L'un des autres pilotes "Jake", du croiseur Tone, a finalement aperçu la flotte américaine mais a d'abord omis de signaler la présence de porte-avions, provoquant un retard supplémentaire de 30 minutes dans l'armement de l'avion d'attaque en attente des ordres de lancement des porte-avions japonais. En l'état, lorsque les Américains ont lancé leur première frappe, les pilotes ont trouvé les ponts des porte-avions Akagi, Kaga, Soryu et Hiryu encombrés d'avions qui auraient dû attaquer la flotte américaine.

Au total, on estime qu'à la mi-1943, plus de 250 E13A1 étaient en mer à bord de navires japonais, bien que leur utilisation ait été sévèrement réduite chaque fois que des combattants américains étaient en évidence. Néanmoins, ils ont continué à servir jusqu'à la fin de la guerre, beaucoup d'entre eux étant finalement utilisés dans des attentats-suicides contre les énormes flottes d'invasion américaines se rapprochant de la patrie japonaise.

Un E13A volant de l'hydravion Kamikawa Maru avec la force d'invasion de la Malaisie a attaqué un hydravion Catalina britannique du 205e Escadron de la RAF au-dessus du golfe de Siam à la mi-journée du 7 décembre 1941 (date de longitude est), 18 heures avant le Attaque japonaise sur Pearl Harbor.

C'est un avion fantastique. Malgré aujourd'hui, aucun exemple d'E13A ne survit, cet avion était plus efficace que l'E16A

J'adore cet avion aussi Jacob ! De loin le meilleur avion de reconnaissance embarqué de la Seconde Guerre mondiale (peut-être Arado avait son égal). Ils ont été brillamment utilisés par l'IJN lors d'opérations nocturnes dans le Pacifique Sud-Ouest. Conception formidable !

J'adore cet avion, il est génial, je pourrais en fabriquer une version RC, j'aimerais aussi pouvoir en posséder un.


Aviation du Japon 日本の航空史

Les spécifications de finition d'origine de l'IJN pour l'hydravion Aichi E13 "Jake" prévoyaient que l'intérieur soit peint avec une sous-couche d'émail marron et une couche de finition d'émail vert gris clair. Ce dernier est présumé être l'un des "hairyokushoku" (vert cendré) couleurs de la série 'M' de ce nom dans la norme de couleur de peinture provisoire IJN connue sous le nom de Kariki 117. La valeur Munsell la plus proche pour cette couleur de peinture est de 7,5 GY 5/2 avec la valeur FS 595b la plus proche étant 24226 @ 2,35 (mais qui est un peu trop gris et pas assez jaune/vert). Cette couleur intérieure se compare également exactement à la couleur identifiée Thorpe N4 "vert gris clair".

Maintenant, une autre confirmation de cette couleur intérieure a été fournie par l'apparence de la surface de peinture existante sur l'épave d'Aichi "Jake" étudiée par un chercheur australien Owen Veau (de l'Australian Aviation Heritage Centre à Darwin) et montré ici grâce à l'aimable courtoisie de Bob Alford (auteur de 'Darwin's Air War'). L'échelle graduée présentée avec les images ci-dessous montre des mélanges proportionnels des couleurs de peinture Humbrol 86 'olive claire' et 78'cockpit vert' (cette dernière peinture est généralement citée pour la couleur gris-vert intérieur de la RAF de la Seconde Guerre mondiale).

Remerciements à Bob Alford pour le compte rendu de l'examen et des images.

Après avoir publié ce blog Marc Smith m'a gentiment rappelé les notes d'Ichiro Hasegawa sur les couleurs intérieures d'Aichi incluses dans le magazine Koku Fan. En mai 1984, Hasegawa-san avait signalé que "Un jour, un hydravion à trois places Type Zero a été récupéré du fond de l'océan au large de la côte de Kisarazu. Grâce à un de mes amis, j'ai obtenu un morceau de peau de métal de l'hydravion récupéré auquel un traitement anticorrosion a été appliqué à maintenir la palette de couleurs. . L'intérieur était recouvert de bleu transparent à l'exception du cockpit qui a été peint en vert jaunâtre. "

En mai 1982, Hasegawa-san avait fait référence à l'intérieur d'Aichi D3A1 AII-231 qu'il avait illustré de profil comme suit : "L'intérieur du fuselage avait été peint avec une peinture anti-corrosion de couleur bleuâtre. L'intérieur du cockpit était recouvert de vert jaunâtre."


Il y a un léger ton jaunâtre apparent dans les couleurs de la série "M" montrées ci-dessus, mais nous ne pouvons pas être sûrs que ce que Hasegawa-san a vu était cette peinture ou peut-être l'une des autres couleurs intérieures identifiées par Thorpe N5 "vert olive clair" (similaire à FS 34151) ou N6 'vert chamois' (similaire à FS 14255).


Contenu

La société a été créée en 1898 à Nagoya en tant que Aichi Tokei Denki Seizo Kabushiki Kaisha (Aichi Watch et Electric Manufacturing Co., Ltd.). La production d'avions a commencé en 1920 [1] et la société s'est appuyée initialement sur l'assistance technique de Heinkel, [1] qui a influencé certaines de leurs conceptions. Plus tard, avec l'aide et le soutien de la marine impériale japonaise, la société a commencé à fabriquer des hydravions en utilisant la technologie importée de Short Brothers au Royaume-Uni. [2]

Pendant l'entre-deux-guerres, Aichi a bénéficié de la technologie transférée de Heinkel Flugzeugwerke d'Allemagne. À l'époque, une équipe de la Société des Nations se rendait occasionnellement chez les constructeurs aéronautiques allemands pour surveiller l'interdiction de la recherche et de la production d'avions militaires. Un attaché militaire japonais, membre de l'équipe de surveillance, a informé Heinkel, confidentiellement et à l'avance, des visites prévues. Heinkel a ainsi réussi à poursuivre sa conception sur l'avion commandé par Aichi Aircraft sans se faire repérer. [3]

En 1943, la division aéronautique a été scindée en tant que Aichi Kokuki Kabushiki Kaisha (Aichi Aircraft Co., Ltd.). [4]

Avion Modifier

Désignations d'entreprise Modifier

    - Avion de ligne biplan/hydravion à quatre places de 1929 - Prototype d'hydravion de reconnaissance de 1930 - Hydravion de reconnaissance embarqué de 1932 basé sur l'AB-2 - Bateau volant de reconnaissance nocturne de 1932 - Version japonaise du Heinkel He 62 - Prototype d'hydravion de reconnaissance de 1933, perdu au Kawanishi E7K - désignation de l'entreprise pour l'E8A - prototype de bombardier d'attaque embarqué - désignation de l'entreprise pour le D1A - version du D1A avec train d'atterrissage rétractable, non construit - désignation de l'entreprise pour le E10A - désignation de l'entreprise pour le F1A - désignation de l'entreprise pour le E11A
    - version monoplan prévue du E8A - version monoplan prévue du F1A - avion de sport léger (projet uniquement) - conception de l'hydravion de reconnaissance nocturne prévue ressemblant au Grumman G-21 - désignation de la société pour le D3A - désignation de la société pour le E12A - désignation de la société pour le E13A - dénomination d'entreprise pour le C4A - dénomination d'entreprise pour le H9A - dénomination d'entreprise pour le E16A - dénomination d'entreprise pour le B7A - dénomination d'entreprise pour le M6A - dénomination d'entreprise pour le S1A - dénomination d'entreprise pour le B8A

Combattant Modifier

Bombardier-torpilleur Modifier

    ?? Ryūsei (Shooting Star) - 'Grace' 1941 torpille/bombardier en piqué Mokusei (Wooden Star) - bombardier torpilleur (projet uniquement)

Bombardier en piqué Modifier

Avion de reconnaissance Modifier

    - hydravion de reconnaissance 1928 modifié Heinkel HD 25 - hydravion de reconnaissance 1928 Heinkel HD 26 de construction japonaise - avion de reconnaissance à grande vitesse basé sur un porte-avions (projet uniquement) - hydravion de reconnaissance 1929, Heinkel HD 56 amélioré - prototype d'hydravion de reconnaissance 1933, perdu au profit du Nakajima E8N - hydravion biplan de reconnaissance 'Hank' 1936 - hydravion biplan de patrouille maritime 'Laura' 1937 - prototype d'hydravion de reconnaissance 1937 - hydravion de reconnaissance 'Jake' 1941 瑞雲 Zuiun (Auspicious Cloud) - hydravion de reconnaissance 'Paul' 1942 - prototype d'hydravion de reconnaissance 1940, perdu au profit du Mitsubishi F1M

Bateau volant Modifier

Formateur Modifier

    - version hydravion d'entraînement du E13A 南山 Nanzan (South Mountain) - 1945 version prototype d'entraînement du M6A

Usage spécial Modifier

Chasseur de nuit Modifier

Moteurs Modifier

    - Moteur radial neuf cylindres expérimental de 1929 (アツタ ou 熱田) - copie sous licence du V12 inversé Daimler-Benz DB 601A - deux moteurs Atsuta couplés ensemble

Après la guerre, l'entreprise est réorganisée, fabriquant kei voitures sous le Lapin nom de marque au Japon. Son descendant actuel, Aichi Kikai Kōgyō Kabushiki Kaisha (Aichi Machine Industry Co., Ltd.), est intégrée à la structure d'entreprise de Nissan. [5]


Aichi E13A Type 0 “Jake”

Les exigences du 12-Shi de 1937 pour les nouveaux avions navals comprenaient une demande pour un nouvel hydravion de reconnaissance à transporter par les croiseurs et les cuirassés de la flotte combinée. Cet avion remplacerait les hydravions E7K et E8N qui étaient alors les modèles de première ligne remplissant ce rôle. La société Aichi a proposé deux conceptions différentes, désignées respectivement E12A et E13A. L'Aichi E13A a été considéré comme le meilleur design et est entré en production.

Contrairement aux anciens hydravions qu'il remplaçait, l'E13A était un monoplan. Il comportait un moteur beaucoup plus puissant, le Mitsubishi Kinsei 43 de 1 080 ch, et transportait un équipage de 3 personnes par rapport aux deux à bord de l'E8N. La portée a été considérablement améliorée, tout comme la capacité de transporter plus de bombes. L'avion comportait un mécanisme de pliage des ailes pour économiser de l'espace à bord du navire.

L'E13A a commencé à entrer en service en 1940, servant initialement à bord de navires soutenant le blocus de la Chine. Il est rapidement devenu l'hydravion de reconnaissance standard à bord des navires de guerre de première ligne. Deux du type ont effectué une reconnaissance avant l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, et les E13A ont été largement utilisés lors des batailles de 1942, notamment à Midway où l'un d'eux a découvert tardivement la flotte de porte-avions américaine.

Les E13A ont également servi à partir de bases terrestres, en particulier pendant la campagne des Salomon, où ils ont mené des attaques de harcèlement nocturnes sur des îles détenues par les Alliés. Plus tard dans la guerre, alors que les opportunités de travail sur la flotte diminuaient à mesure que la marine japonaise était écrasée, les E13A ont rejoint la longue liste d'avions qui ont été pressés dans le rôle de kamikaze.

En 1942, l'E13A reçut initialement le nom de rapport allié « June », car on pensait qu'il s'agissait d'une version hydravion de l'Aichi D3A « Val ». Lorsqu'on a découvert qu'il s'agissait d'un hydravion de reconnaissance, on lui a attribué le nom de code masculin « Jake ».


Aichi E13A 'Jake' - Histoire



























Aichi E13A &ldquoJake&rdquo
Hydravion de reconnaissance japonais de la Seconde Guerre mondiale

Archives des photos ¹

[Aichi E13A1 &ldquoJake&rdquo (Photos historiques via Wikipedia) ²]

  • Aichi E13A &ldquoJake&rdquo
  • Rôle : hydravion de reconnaissance
  • Fabricant : Aichi
  • Présentation : 1941
  • Utilisateurs principaux : IJN Air Service Royal Thai Navy
  • Nombre construit : 1 418

L'Aichi E13A (nom de déclaration allié : &ldquoJake&rdquo) était un hydravion de reconnaissance à longue portée utilisé par la marine impériale japonaise (IJN) de 1941 à 1945. Numériquement l'hydravion le plus important de l'IJN, il pouvait transporter un équipage de trois personnes et une charge de bombes. de 250 kg (550 lb). La désignation de la Marine était &ldquoNavy Type Zero Reconnaissance Seaplane &rdquo.

En Chine, il opérait à partir d'hydravions et de croiseurs. Plus tard, il a été utilisé comme éclaireur pour &ldquoAttack on Pearl Harbor&rdquo, et a été rencontré au combat par la marine américaine pendant les &ldquoBattles of Coral Sea&rdquo et &ldquoMidway&rdquo. Il était en service tout au long du conflit, pour les patrouilles côtières, les grèves contre la navigation, les liaisons, les transports d'officiers, les sauvetages de naufragés et d'autres missions, ainsi que certaines missions kamikazes dans les derniers jours de la guerre.

Huit exemplaires ont été exploités par l'armée de l'air de la marine française pendant la première guerre d'Indochine de 1945 à 1947, tandis que d'autres auraient été exploités par l'armée de l'air navale de la marine royale thaïlandaise avant la guerre. Un exemple capturé par les forces néo-zélandaises a été piloté par le personnel de la RNZAF dans le théâtre, mais a coulé et n'a pas été réparé après la fuite d'un flotteur.

  • E13A1 : Prototypes et premier modèle de production, plus tard désigné modèle 11.
  • E13A1-K : Version Trainer avec double commandes
  • E13A1a : Flotteurs redessinés, équipement radio amélioré
  • E13A1a-S : Conversion de vol de nuit
  • E13A1b : Comme E13A1a, ​​avec radar air-surface
  • E13A1b-S : Conversion de vol de nuit ci-dessus
  • E13A1c : Version navire anti-surface équipée de deux canons de type 99 Mark II montés sur le ventre de 20 mm à tir vers le bas en plus de bombes ou de grenades sous-marines
  • Construit par Aichi Tokei Denki KK : 133
  • Construit par Watanabe (Kyushu Hikoki KK) : 1,237
  • Construit par Dai-Juichi Kaigun Kokusho : 48
  • La France: Marine française Aeronavale Armée de l'Air française - Avions japonais capturés.
  • Japon: Marine impériale japonaise Service aérien de la marine impériale japonaise
  • Thaïlande: Marine royale thaïlandaise

Spécifications (E13A1) ²

Caractéristiques générales

  • Équipage : 3
  • Longueur : 11,31 m (37 pi 1 po)
  • Envergure : 14,50 m (47 pi 7 po)
  • Hauteur : 4,70 m (15 pi 5 po)
  • Surface de l'aile : 36,0 m² (387 ft²)
  • Poids à vide : 2 642 kg (5 825 lb)
  • Poids en charge : 3 640 kg (8 025 lb)
  • Max. masse au décollage : 4 000 kg (8 800 lb)
  • Groupe motopropulseur : 1 &fois Mitsubishi Kinsei 43 14 cylindres en étoile à deux rangées refroidi par air, 810 kW (1 080 ch)

Performance

  • Vitesse maximale : 375 km/h (234 mph)
  • Portée : 2 100 km (1 300 mi)
  • Plafond de service : 8 700 m (28 500 pi)
  • Taux de montée : 8,2 m/s (1 610 pi/m)
  • Charge alaire : 101,1 kg/m² (20,7 lb/ft²)
  • Pistolets : 1 &fois flexible, tir vers l'arrière 7,7 mm (0,303 in) mitrailleuse type 92 pour observateur
  • Bombes : 250 kg (551 lb) de bombes
  1. Shupek, John. &ldquoAichi E13A Jake,&rdquo Les archives de Skytamer, Copyright & copie 2013 Skytamer Images. Tous les droits sont réservés
  2. Wikipedia, l'encyclopédie libre. Aichi E13A

Copyright © 1998-2020 (Notre 22 e année) Skytamer Images, Whittier, Californie
Tous les droits sont réservés


Aviation de la Seconde Guerre mondiale

E13A "Reisu" (Jake). Hydravion de reconnaissance à flotteur. Le prototype E13A1 est passé à l'essai en avril 1938, presque simultanément avec deux E12A1 biplaces. Lors des tests en usine, le E13A1 a montré une supériorité significative sur le E12A1 en termes de vitesse et de maniabilité, sans parler de la portée de vol. À peu près à la même époque, Kaigun Koku Hombu a finalement décidé de ce qu'il voulait d'une reconnaissance de navire, après avoir abandonné les exigences pour une voiture à deux places, estimant à juste titre que l'hydravion Mitsubishi F1M2 ferait également face à toutes ses tâches. Ainsi, d'autres travaux se sont concentrés sur le triplace long-courrier E13A1.

Fin octobre, le E13A1 a été remis pour des tests comparatifs avec le Kavanishi E13K1 par des pilotes navals.

Lors des essais, le rival de Kawanishi E13K1 a dépassé l'hydravion d'Aichi dans la plupart des caractéristiques autres que la vitesse de pointe, avec un moteur moins puissant mais s'est avéré plus difficile à utiliser et à entretenir. Cependant, à l'été 1939, le premier prototype de l'E13K1 s'est écrasé dans l'un des vols. Bientôt, le deuxième et dernier prototype de l'hydravion de Kavanishi a disparu lors d'un vol d'essai au-dessus de la mer. Ainsi, le produit de Yoshishiro Matsuo a atteint la finale faute d'autres rivaux.

En décembre 1940, l'avion de reconnaissance à long rayon d'action Aichi E13A1 a été adopté par la flotte sous la désignation "Reishiki minakamitei satsuki" - "Type 0 Model 11 Marine Reconnaissance Aircraft" ou E13A1. Pendant l'exploitation, le nom long de l'avion a été raccourci à l'abréviation « Reimisu » ou même « Reisu ».

Initialement, la production de masse a été lancée à l'usine d'Aichi dans la ville de Funakata, où, cependant, seuls 133 exemplaires de l'E13A1 ont été produits. Depuis 1942, l'usine a été réorientée vers la production de bombardiers en piqué D3A et la production d'avions de reconnaissance Reisu a été transférée à la société Watanabe, rebaptisée plus tard Kyushu Hikoki KK. De 1942 à 1945, 1237 unités Reisu ont été produites ici. 48 autres pièces ont été produites au 11e arsenal de l'aéronavale à Hiro en 1940-1942.

Lors de la production en série, l'avion de reconnaissance E13A1 n'a pratiquement pas été modifié. Ce n'est qu'en novembre 1944 que la version E13A1a a commencé à être produite en série, dans laquelle le schéma de montage du flotteur a été modifié. Les entretoises rigides aux entretoises reliant le flotteur à l'aile ont été remplacées par des guide-câbles.

La variante E13A1b était équipée d'un radar de recherche de type 3 Ku modèle 6 (H6) avec des antennes installées le long du fuselage arrière le long des côtés et sur le bord d'attaque de l'aile.

La version E13A1c avait un armement amélioré. La mitrailleuse de 7,7 mm Type 92 dans le cockpit du tireur a été remplacée par un canon de 20 mm Type 99-1 sur un support mobile. Le canon E13A1c n'était pas tant destiné à chasser qui que ce soit, car il s'agissait d'une faible tentative d'augmenter les défenses d'un véhicule opérant loin derrière les lignes ennemies. Cette version est apparue dans la seconde moitié de 1944, lorsque le "Jake" a subi de lourdes pertes lors de la bataille des îles Mariannes, et la question de l'augmentation de la sécurité du véhicule est devenue particulièrement aiguë.

Plusieurs avions n'ayant pas reçu de désignation spéciale étaient équipés de magnétomètres pour détecter les sous-marins, mais cet outil s'est avéré inefficace - il ne pouvait fonctionner que lorsque l'avion volait à une altitude ne dépassant pas 10 m au-dessus de l'eau. Il y a aussi des mentions de versions de nuit de l'avion, équipées de pare-flammes sur les collecteurs des moteurs.

Un total de 1418 avions ont été produits.

Aichi E13A1
Équipage 3
Dimensions
Envergure, m 14.50
Zone de l'aile, m² 36.00
Longueur, m 11.30
Hauteur, m 4.70
Centrale électrique
1 × PE Mitsubishi MK8D Kinsei 43
Puissance, ch 1×1080
Poids (kg:
Poids à vide 2,642
Poids chargé 3,640
Poids brut 4,000
Performance
Vitesse maximale, km/h 375
Vitesse de croisière, km/h 220
Taux de montée maximum, m/min 495
Plafond de service, m 8,730
Portée de service, km 2,090

Armement. Une mitrailleuse de 7,7 mm type 92 sur une charge de bombe à montage arrière mobile : 1 bombe de 250 kg ou 4 grenades sous-marines de 60 kg.


Aichi E13A 'Jake' - Histoire

Nichimo 1/48 E13A1-B Jake

Trousse #4803 PDSF 35,95 $
Images et texte Copyright 2005 par Matt Swan

Contexte de développement
Aichi a développé le concept original du E13A1 Jake en 1937 et le premier prototype a été achevé en 1938. Cet hydravion à longue portée occupait la place de l'avion de reconnaissance standard opérant à partir de croiseurs lourds, de cuirassés et d'hydravions. Avec la capacité de rester en l'air pendant 15 heures, il est resté anonyme mais avait été partout dans le Pacifique pendant la guerre et était populaire auprès de ses équipages. Cet avion a joué plusieurs rôles importants dans des rencontres historiques cruciales. Il a été utilisé pour explorer Pearl Harbor avant l'attaque japonaise. Le type figurait dans un certain nombre d'incidents qui ont joué un rôle crucial dans la détermination de l'issue de la bataille de Midway. Des problèmes avec la catapulte à bord du Cruiser Tone ont retardé le lancement de leur E13A, l'E13A de Chikuma a été contraint de revenir plus tôt en raison d'un problème de moteur. Ces deux incidents ont réduit la zone de recherche et retardé le repérage de la flotte américaine, privant les Japonais de l'initiative. Lorsque le pilote de Tone, qui a finalement pu décoller après un long délai, a repéré la flotte américaine, il a omis de signaler la présence de porte-avions.
Fabriqué en plus grand nombre que tout autre hydravion japonais, l'Aichi E13A était l'équivalent japonais de l'Arado AR-196 allemand ou de l'US Vought OS2U Kingfisher. L'un des moments de gloire de l'histoire de l'E13A, et de celle de l'IJN, est survenu lorsque Jakes, en reconnaissance de la 8e flotte japonaise, a localisé la flotte de la marine américaine dans le détroit de Guadelcanal le 9 août 1942. Dans cette bataille, les États-Unis La marine des États a subi la pire défaite dans une action de surface de toute son histoire. En plus d'être transporté par tous les croiseurs IJN, le E13A était exploité à partir du cuirassé Haruna et des offres d'hydravions Chitose, Chiyoda et Kimikawa Maru ainsi que des bases côtières.
Le E13A1-B était la dernière variante du Jake et porte un système radar AVS qui avait des antennes dépassant des côtés du fuselage et de l'avant des ailes. Il pouvait être équipé d'un canon de 20 mm et d'amortisseurs de flamme d'échappement. Il pouvait également utiliser un système de détection magnétique contre les sous-marins, mais devait alors opérer à moins de 12 mètres au-dessus de la surface. Il est entré en service avec l'IJN en 1941 et a été produit par trois constructeurs d'avions différents pendant toute la durée de la guerre. 1418 Jakes avaient été produits au cours de cette période, la majorité par Watanabe Tekkosho (1237) plutôt que par Aichi Kokuki (133). Certains avions ont été utilisés dans les derniers jours pour des attaques kamikazes

La trousse
Le Jake a été largement ignoré par les fabricants de modèles depuis les premiers jours du passe-temps. Sa présence dans la modélisation à l'échelle semble être aussi anonyme que sa présence dans le Pacific Theatre. À l'échelle 1/48, le seul kit disponible est le pack Nichimo et il est quelque peu inhabituel et cher. Ce kit est sorti à la fin des années 1970 et présentait le standard de l'industrie des lignes de panneaux surélevés et des rivets. Heureusement pour nous, c'est en fait assez précis. L'avion conçu et construit entre le milieu et la fin des années 1930 comportait en fait de nombreux détails de surface surélevés. Ce qui est le plus inhabituel dans ce kit, c'est qu'il habite une zone floue à mi-chemin entre le jouet d'action et le modèle réduit sérieux.
Le kit a été conçu pour contenir une seule batterie et un petit moteur électrique pour faire tourner l'hélice. À la suite de cette conception, les personnages de l'équipage ont été compactés pour s'adapter au-dessus de ce matériel et les détails du cockpit ont beaucoup souffert. D'un coup d'œil décontracté, cela semble correct, mais après une inspection minutieuse, il n'y a pas de tableau de bord, pas d'équipement radio, pas de sièges, juste trois membres d'équipage rassemblés, une table à cartes, la moitié d'une cloison intérieure et une mitrailleuse arrière. J'imagine que le sol pourrait être découpé et qu'un nouvel intérieur pourrait être construit à partir de zéro, mais l'équipage devrait être remplacé. Aslo9 en raison de cette conception motorisée (d'ailleurs, le kit ne comprend pas de moteur), la face du moteur manque quelque peu de profondeur. Poursuivant avec l'aspect jouet d'action, toutes les surfaces de contrôle, y compris les volets, sont articulées et positionnables. Les ailes sont conçues avec une charnière coulissante/pliante astucieuse qui semble assez robuste et offre un ajustement raisonnablement bon. Ci-dessous à gauche est une vue de l'intérieur de l'aile avec la charnière installée et montrant les pièces d'aileron et de volet.

Du côté des modèles réduits sérieux, nous avons un très bon profil extérieur, une bonne définition de ligne de panneau nette et des détails de rivet. Bien que les chiffres de l'équipage soient quelque peu compacts, ils montrent de bons détails. L'ajustement général des pièces est passable à bon. Les surfaces de contrôle mobiles ont des charnières assez robustes et ont une plage de course assez précise. Les sections principales des flotteurs et les moitiés du fuselage s'emboîtent très bien, mais les sections avant des flotteurs produisent une lèvre et un espace qui nécessiteront un rasage et un remplissage. La partie cockpit du fuselage nécessitera un collage et une mise en tension soignés pour éviter une marche inesthétique. Il y a un problème avec les dolines, en particulier sur les plus gros morceaux. En haut à droite, vous pouvez voir quatre zones qui apparaissent sur chaque flotteur et qui ont besoin de mastic pour remplir les trous d'évier. Il y a au moins trois zones sur les panneaux d'aile internes avec des problèmes similaires. Un bel accessoire avec ce kit est un grand chariot d'échouage.
La disposition des pièces sur les arbres est quelque peu étrange par rapport aux kits conventionnels. Au lieu d'avoir un niveau d'organisation clair, les parties sont dispersées ici et là. Cela rend juste un peu difficile la recherche des pièces pendant la construction. Les parties sur les arbres présentent un niveau moyen de bavure et de fortes coutures de séparation de moisissures. Le kit contient 84 pièces réalisées dans un polystyrène moulé par injection haute pression gris moyen avec une seule petite grappe de pièces transparentes. Il n'y a que deux pièces ici, la verrière principale et une trappe de mitrailleur arrière positionnable. L'ajustement de la verrière au fuselage n'est que marginal et une utilisation prudente de pièces transparentes en ciment sera nécessaire ici. Au total, nous avons 86 pièces dans la boîte.


Vous pouvez cliquer sur les images ci-dessus pour voir des images plus grandes.

Autocollants et instructions
Si vous allez construire ce kit, vous feriez mieux de parfaire votre japonais car c'est la seule langue que vous verrez sur la feuille d'instructions. Les instructions se présentent sous la forme d'une grande feuille, pliée en deux, imprimée des deux côtés. Heureusement, les instructions illustrées sont assez claires et vous pouvez le construire sans lire le japonais. Il y a beaucoup de texte japonais éparpillé dans les vues éclatées et ils peuvent avoir quelque chose à voir avec l'ordre d'assemblage ou de peinture, mais je ne lis pas le japonais, je dois donc recourir à des documents de référence externes pour une coloration appropriée. Il y a trois vues éclatées traitant de l'installation d'un moteur électrique qui n'est pas inclus dans le kit. Il y a un ensemble d'images en noir et blanc montrant le placement général des décalcomanies.
Les décalcomanies sont rares avec ce kit couvrant uniquement les marquages ​​​​de base. Les marques d'unité sont incluses pour deux aéronefs, mais il n'y a pas de pochoirs de service ni de marques d'avertissement. Les décalcomanies semblent avoir une densité de couleur raisonnable sur la feuille, mais l'expérience précédente avec les décalcomanies Nichimo me dit que si vous avez des changements de couleur sous une décalcomanie comme d'un motif de camouflage, vous feriez mieux de peindre la zone en une couleur uniforme ou elle apparaîtra à travers. Alors que l'anneau extérieur blanc sur l'hinomarus a en quelque sorte disparu dans le processus de numérisation, il est là et montre un bon registre d'impression. Comme vous pouvez le voir, des marques jaunes d'aile sur le bord d'attaque sont fournies sous forme de décalcomanies, mais je recommande de les peindre sur le modèle pour éviter de fendre et de fissurer les décalcomanies sur la route. J'ai utilisé les solutions de pose Micro-Set et Micro-Sol ainsi que Gunze Mr. Marker Soft sur les décalcomanies Nichimo et je n'ai eu aucun effet indésirable avec elles.

Conclusion
Oui, cet avion a été cruellement ignoré par les principaux fabricants de modèles. This offering from Nichimo is the only version available in 1/48 scale and even in 1/72 there are only two and both of those are from Hasegawa. There are a few aftermarket items out there such as two different engines from Engines and Things along with a mask set from Cutting Edge. The one thing the kit needs most desperately, a replacement cockpit, is not out there bummer.
This was a key aircraft for the IJN and played a crucial role in several important conflicts during the war. The model is buildable but does require a little more work than we may be accustomed to on contemporary model kits but if you want to model important aircraft from the Pacific Theater of operations you really should have one of these.

Construction
I ve been tinkering with this project for about a month now and thought I would share the progress with you. I spent a good week just thinking about what I wanted to achieve with this kit and just how far I wanted to go. The interior gave me the greatest pause because basically, it sucks. The pilots look to be closer to 1/72 scale rather than 1/48. If I want to detail the interior it will all have to be scratch built and new crewmembers found. In the end, I decided that the model would be hanging from the ceiling when complete so detailing the interior would be a waste of time. I elected instead to spend my time working over the exterior of the model.
Once the basic planning stage was over I started cleaning up parts and gluing stuff together. I found several dimples and sink marks in the model that had to be filled before assembly. The engine face was painted and detailed before installation in the cowling but all the rest of the model (with the exception of the fuselage side antenna) was assembled before any other painting was done. The cockpit piece, which is also the top section of the fuselage, had a terrible fit that left a very pronounced step along the side. This was shaved, sanded then filled with Mr. Surfacer 500. I also had some trouble with the wing to fuselage seam. Again, there was a pronounced step that required shaving and filling. I used this model as a test bed for Mr. Surfacer and filled the spine seam from the engine cowling to the tail plane with Mr. Surfacer 500 and treated the wing root with Mr. Surfacer 1000. The images below show some of the work done at this stage each of the smaller images is linked to a larger picture if you want to click on it.

I also used Mr. Surfacer as my primer this time rather than the usual Model Master Primer Gray cut with lacquer thinner. I was quite pleased with the results and may have to change over to this product as a standard primer. Once the primer had dried overnight I painted engine cowling with my own mix of flat Black with a few drops of Silver then masked that area off. The crew figures were painted and installed the canopy was masked and glued in place with Testors Clear Parts Cement. There was a huge gap along the sides of this piece and the fuselage that was filled with successive layers of clear parts cement. The exterior of the canopy was prepainted with the same medium gray that was used inside the cockpit to give the framing interior color. The underside of the model and the center sections of the floats were painted with Model Master Light Gray enamel. The demarcation areas were masked off with 3M masking tape cut to the desired pattern and then Gunze-Sangyo IJA Green was used as a base color coat.
Now I will start the weathering process. In the first stage I take some of the base IJA Green and lighten it 25% with white then thin it about 50% with isopropyl alcohol. I reduce the pressure on my airbrush to about 3psi and carefully fill the center of each panel working at about a 2-inch range. The fuselage masks were removed at this point.


You can click on the images above to view larger pictures.

4/27/05
The next thing is to seal the model with Future floor polish and let it cure for a day or two. Now the decals can be applied. The kit provides the yellow wing panels as decals and they suck. They do not want to lie down and react badly to setting solutions. I should have painted these on rather than try to use the decals. Over a three-day period I work the decals with Mr. Marker Soft trying to get them to lie down and finally have something I can live with. All the other decals behaved fairly well with only a little bubbling. Below left shows the model at this stage, you can click on that for a larger image.
Once again the model has to dry for a day or so and the decals can be sealed with Future. The red in the Hinomarus is very close to Testors flat red so starting with this paint I added a few2 drops of white to lighten it and airbrushed the central panel area over the decals. Next I thinned down some Tamiya X-19 Smoke and added a few drops of Liquitex Flow aid. Taking my air pressure back down to about 3 psi I shaded the main spar areas across the wings, over the decals, along the fuselage and on the tail surfaces. The image at the right shows the model at this stage of the game. I thought the post shaded panel lines were a little overdone so came back with some of the original, unlightened green and toned down the shading just a little. Once again the model has to dry for a day before I can continue.
It s been a fairly long paint process but the end is near. The next stage is a conventional sludge wash brushed across the raised rivet lines. This is allowed to dry for about five minutes then is wiped gently from front to back on horizontal surfaces and top to bottom on vertical surfaces. Final details were added such as the side mounted radar arrays, the mast aerial and the propeller. I want to point out that the propeller was done with Alclad aluminum and the yellow warning strips were masked and painted. The model needed only a short time for the residual moisture to flash off from the panel line wash and I was then able to coat it with Polly Scale clear flat. The canopy masks were removed and a small amount of ground pastel chalks were rubbed in around the fuel fill caps and underneath the aircraft as exhaust staining. The model is very tail heavy I should have added weight to the front of the floats early on in the build. Instead, to make her sit on the beaching dolly I have to place a small piece of Blue Tac in each float bracket. Even with this it takes very little to make her sit back on the float rudders.


You may click on these small images to view larger pictures.

This was a fun build. The kit has a crappy interior and there are some fit issues with the larger parts. Jake was by Aichi, and I'm willing to bet that much of the Val interior would be a pretty close fit if you wanted to overhaul the interior. Kits like this one can be a lot of fun and are great for testing new procedures, you tend to be more adventurous with something that didn t cost an arm and a leg to start with and the results (when stuff works right) can make you just sit back and go Wow .


Avis sur IPMS/États-Unis

Hasegawa has recently released a limited edition, re-box kit of the Aichi E13A floatplane, featuring a separately molded catapult and two marking options.

Nicknamed "Jake" by the Allies, the Aichi E13A floatplane made long-range recon a reality for the IJN (Imperial Japanese Navy) during World War II. E13As were typically launched by catapult off of ships, and many were used for kamikaze missions during the latter half of the war. Several E13A1 pilots were from the Kashima Naval Flying Group, which had begun as a flight training group in 1938.

La construction

When I first opened the box, and studied the pieces, I noticed that there were some small, light scratches in the fuselage halves. Also, from what I could see, there was a fair amount of flash along many of the parts. The kit has raised panel lines as well, these points all adding up to the fact that this is the older (1971) kit.

The first step includes the typical cockpit assembly. There was minimal cockpit detail, but when the fuselage halves are together, it's difficult to see inside anyway. Make sure there is good alignment of the cockpit platform in the fuselage, otherwise it will be difficult to fit the other fuselage half together.

There is some great engine detail and it all falls together nicely into the fuselage.

The tail is molded to one of the fuselage halves. Thus, when the other side is glued on, a seam between the tail and the other half occurs. It was not a problem to fill. A little smoothing of the fuselage halves is needed to create a perfect, seamless finish.

The wings are two parts and they go together with only a little putty here and there. This wing assembly then fits right in to the fuselage, again with minimal putty.

The floats come in two halves, similar to the fuselage. They are molded with one set of struts attached. The instructions call for drilling a couple holes in the bottom of the wing, and floats for the other struts. After gluing these in place and letting them dry for a bit, the two float assemblies glue neatly into the wing.

The next part of the build is the catapult. This is where the modeler can really tell this kit was engineered in the 1970's. It was quite a challenge to build. There are a lot of long pieces such as Parts 23, 22, 5, 3, 4, and 6 that did not want to fit at all! Some of them were warped as well.

Another part of the catapult build calls for running a thread inside the structure and around several pulleys eventually hooking onto the airplane carriage. The thread is to represent the cable that reeled in the carriage during launch and take-off. Then the airplane released from the carriage and went about its flight.

This is definitely the most challenging part of the build and it takes a lot of patience, tape and clamps! It does look very cool when it is completed and adds a lot to the model.

Painting and Weathering

I started by masking off the Jake's canopy to get it ready for priming with the rest of the model in Tamiya NATO Black. This dark color provides a nice shadow coat. Then I proceeded with Tamiya White in some areas to lighten the top coat and give it depth.

The next color applied was the IJN Gray on both the undersides of the aircraft and floats. After the gray was dry, I used blue masking tape and cut out a wave pattern for masking to stick to the side of the fuselage. Now, when the IJN Green is sprayed, the tape will create hard edge wave pattern. After the cowling was painted black, I sprayed the whole model with Future for a glossy, clear coat.

The decals were applied with ease, and Micro Sol was soon brushed over them so that they would sink in to all the recesses. Another gloss coat was applied ahead of the washes.

Only a black oil wash was given to the Jake. A few chips and streaks and I called it done. I did not want to go too overboard on the weathering.

The entire catapult was painted Dark Gray and a black wash was applied. Then, some light silver dry brushing to highlight the sharp edges.

Conclusion

This was a very fun and interesting model to build. I love float planes very much so it was a great experience to build this kit. Academy has done a great job engineering this kit, even though some of it is from the 1970's! The only tricky part of the whole build was the catapult.

Thank you to Hasegawa-Hobbico Models for providing this kit for review, and to IPMS USA for giving me the opportunity to build it!


In the mission " A Bridge on the River Kwai " Jake is near the docks. In the course of performing additional tasks (Disable Barge Dock) these aircraft are usually destroyed. After the player destroys the train and jumps off the bridge Tanaka will come and rescue them in a Jake seaplane.

In the opening cutscene for the mission "Supercarrier sabotage" Tanaka lands the player and Bromley on the ship and disguises himself as an japanese naval officer. 

A Jake seaplane also appears in the multiplayer map Hangar Havoc as a static prop.



Commentaires:

  1. Ziyan

    Pas besoin de tout tester à la fois

  2. Willan

    Il est supprimé

  3. Gairbith

    À votre place, j'ajouterais à l'aide d'un modérateur.

  4. Kabar

    Je vous conseille.



Écrire un message