Prince Barrakib

Prince Barrakib


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Prince Barrakib - Histoire

Teixidor Javier. Bulletin d'épigraphie sémitique 1971. Dans : Syrie. Tome 48 fascicule 3-4, 1971. pp. 453-493.

BULLETIN D'ÉPIGRAPHIE SÉMIQUE*

* Les Bulletins 1967, 1968, 1969 et 1970 ont été publiés dans Syria 44 (1967), 45 (1968), 46 (1969) et 47 (1970).

1. Écriture. Langue. Grammaire.

— J. Naveh, « L'origine de l'écriture mandaique », BASOR 198 (1970), pp. 32-37. L'auteur signale dans quelle direction il faut chercher l'origine de l'alphabet mandéen. On ne saurait le rattacher à celui des Nabatéens comme R. Macuch le fait (voir les références données par Naveh à la p. 33 note 4). L'auteur publie un tableau comparatif des différentes écritures (p. 35) : le mandéen y est comparé avec les écritures d'Asoka, d'Élymaïde, de Characène, et des inscriptions syriaques et hatréennes. Je suis d'accord avec l'auteur quand il dit que le mandéen n'a pas pu avoir une origine occidentale : « la plupart des lettres mandaic peuvent être expliquées comme une évolution directe de l'élymaïque » (p. 34). Dans une autre contribution importante à l'étude du mandéen, P. W. Coxon, « Script Analysis and Mandaean Origins », Journ. Sem. St. 15 (1970), 16-30, a signalé l'importance des éléments cursifs dans le mandéen : d'avoir déjà adopté les traits de l'écriture cursive, alors que le groupe élyméen a adhéré à l'écriture lapidaire archaïque. Cela ne veut pas dire que les traits lapidaires sont complètement éteints en mandé, mais le processus cursif qui a modelé la forme des lettres dans les bols et les inscriptions syriaques est d'une clarté transparente - en mandé aussi » (p. 29). L'article de Coxon a aussi le mérite d'avoir correctement expliqué un texte d'Isho'dad de Merv sur la langue de la Mésène qui a été mal compris par F. Altheim et R. Stiehl, Die Araber in der alien Welt V /2, Berlin 1969, p. 31-32. Isho'dad, dans son commentaire à l'Ancien Testament (cf. l'édition de Van den Eynde, CSChO, Scrip, syr. 75, p. 6, lignes 21-25), dit que Nébo, originaire de la Mésène, fut élevé à la cour du roi de Ninive et, après avoir appris l'hébreu et le syriaque, « inventa l'écriture persane, qui est la


Prince Barrakib - Histoire

Teixidor Javier. Bulletin d'épigraphie sémitique 1976. Dans : Syrie. Tome 53 fascicule 3-4, 1976. pp. 305-341.

BULLETIN D'ÉPIGRAPHIE SÉMIQUE

1. Écriture. Langue. Grammaire. — J. Starcky et P. Bordreuil, « Une des plus grandes découvertes de l'humanité : l'invention de l'alphabet. Les premières inscriptions alphabétiques phéniciennes », Les dossiers de V archéologie 12, sept.-oct. 1975, 91-106, avec 28 figures : étude importante, très bien documentée deux des photographies sauf l'inscription d'Ahiram (KAI 1) en détail, ce qui permet de vérifier la lecture matérielle du texte pour les derniers mots, voir Taureau. 1973, 113. L'étude des auteurs débute par une analyse des inscriptions proto-sinaïtiques, suivie par la présentation des inscriptions proto-cananéennes trouvées en Palestine (Lachish, Gézer, Beth Shemesh, el Khadr [Bull. 1969, 1], Khirbet Raddana [Bull. 1972, 87 et 1975, 2] et au Liban Sud (Kamid el-Loz [Bull. 1972, 86]), et par des brèves remarques sur l'écriture pseudohiéroglyphique de Byblos, l'alphabet d'Ugarit et l'écriture sud-arabique. et leur interprétation soient discutables, cf. Bull. 1972, 118 1973, 137 et ici n<> 142.

2. M. Sznycer, « Quelques remarques à propos de la formation de l'alphabet phénicien », Semitica 24 (1974) 5-12 : l'auteur soutient que l'alphabet est le résultat d'un emprunt et d'une création originelle comme l'alphabet grec qui « a emprunté au phénicien la majeure partie de ses signes, mais qui a créé, en même temps, toute une série de caractères complémentaires » (p. 12). Il faut tenir compte aussi de l'étude que l'auteur a consacré aux inscriptions proto-sinaïtiques, cf. n° 114.

3. M. D. Coogan, «Alphabets and Elements», BAS0R 216 (déc. 1974) 61-63 : parmi les abécédaires nord-ouest sémitiques l'auteur signale ceux de Qumrân (R. de Vaux,


Voir la vidéo: V $ X V PRiNCE x TASPAY - Ойлаш


Commentaires:

  1. Kishura

    Je peux suggérer de visiter un site avec une énorme quantité d'informations sur un sujet d'intérêt pour vous.

  2. Galkree

    la réponse sympathique

  3. Konner

    C'est le sujet simplement incomparable :)

  4. Samuzuru

    Je crois que vous faites une erreur. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  5. Kazira

    Sûrement. Je rejoins tout ce qui précède. Essayons de discuter de la question.

  6. Archimbald

    Je pense que vous n'avez pas raison. Je suggère d'en discuter.

  7. Kalani

    Quels résultats?



Écrire un message