Histoire d'Aloha - Histoire

Histoire d'Aloha - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Aloha

Un mot hawaïen qui peut être considéré comme une salutation ou un adieu.

(ScStr: t. 659 (brut); 1. 218'0", b. 35'0", dr. 16'0", s. 12 k., cpl. 79; a. 2 3", 2 dc. )

Le yacht à vapeur Aloha-1 à coque en acier, à vis unique et à gréement d'écorce, était considéré par certains comme la « plus belle chose de son genre jamais construite ». Conçu par Tams, Lemoine et Crane, architectes navals, Aloha a été construit en 1910 à la Fore River Shipbuilding Company de Quincy, Mass., pour l'industriel, magnat des chemins de fer et plaisancier invétéré Arthur CurtissJames (1867-1941), le deuxième navire de ce nom appartenant au "Commodore" James (le premier étant un yacht gréé en brick construit en 1899), Aloha-piloté par un équipage relativement important pour un yacht, 39 personnes - a été conçu spécifiquement pour la croisière océanique. James emmena son palais flottant en Angleterre et en Écosse lors de son voyage inaugural en 1910 ; au Panama et en Irlande en 1911; et en Égypte et au Proche-Orient en 1912 et 1913.

Apparemment, les nuages ​​de guerre qui s'amassaient au-dessus de l'Europe ont empêché toute croisière dans cette partie du monde en 1914, et même dans les années qui ont immédiatement suivi. De toute évidence, aussi, un navire aussi bien conçu n'aurait guère pu échapper à l'attention de la marine américaine après que ce pays a rejoint les puissances alliées et associées en avril 1917, James a remis son navire à la marine en vertu d'un bail gratuit le 22 avril 1917.

Aloha-attribué le numéro d'identification SP-317-a été commandé le 5 juin 1917, le lieutenant Harry R. Swift, USNRF, aux commandes. Ce navire unique en vint bientôt à exercer une fonction unique, en tant que navire amiral du contre-amiral Cameron McRae Winslow, inspecteur des districts navals, côte est.

Malheureusement, il n'existe pas d'enregistrements de ses mouvements au cours de l'année 1917, mais des journaux de bord relatant ses mouvements de janvier 1918 à janvier 1919 existent.

Le matin du Nouvel An, alors qu'Aloha était amarré au chantier naval de Norfolk, à Portsmouth, en Virginie, un incendie s'est déclaré dans le centre-ville de Norfolk qui s'est rapidement propagé à près de deux pâtés de maisons. Les autorités civiles de la ville ont rapidement demandé l'aide de la marine, qui a envoyé des hommes de la base navale et des navires à proximité. Aloha a contribué 12 hommes sous un maître de Manœuvre en chef Whalton aux efforts qui ont finalement réussi à maîtriser l'incendie tenace. Le gouvernement civil, craignant les incendiaires », ou des agents allemands, ont suggéré que des gardes navals étaient également nécessaires. Aloha a envoyé un détachement de 15 marins sous Ensign Hall, USNRF, le lendemain matin alors que la Marine plaçait Norfolk brièvement sous la loi martiale à la suite de l'incendie de 2 000 000 $. Ils ne sont restés à terre que peu de temps avant de retourner à leur navire peu avant midi le 2 janvier.

Aloha est resté à Norfolk jusqu'au 23 février, quand elle est devenue en route avec l'Amiral Winslow embarqué. Elle a atteint Key West, en Floride, cinq jours plus tard. Au cours des prochains mois, Aloha a touché des ports le long de la côte est inférieure et sur la côte du golfe, allant de Key West et Pensacola à Galveston et à la Nouvelle-Orléans. L'amiral Winslow, généralement accompagné de son assistant, Ens. Ackert, USNRF, et le chef Yeoman Timmermann, ont effectué des inspections de la base aérienne côtière et du camp d'entraînement de la Réserve navale, à Miami ; la station navale de la Nouvelle-Orléans ; les défenses navales de Tampa, en Floride ; la station navale et les chantiers navals de Jacksonville, en Floride ; et le camp d'entraînement de Charleston,

S.C., avant de séjourner à Charleston, S.C., du 15 avril au 17 mai 1918, alors qu'il subissait des réparations pendant le voyage.

Aloha s'est déplacé à Hampton Roads le 20 mai, où l'amiral Winslow a inspecté le camp d'entraînement à la base navale de Hampton Roads. Deux jours plus tard, alors qu'elle était ancrée à Hampton Roads, un bateau de phare a hélé le yacht et a demandé si Aloha pouvait s'occuper d'un aviateur qu'elle avait récupéré « qui avait rencontré (un) accident. » Heureusement, le pilote s'est avéré être indemne, il a donc été envoyé à la base navale d'Aviabon par vedette.

Le yacht a passé le reste du mois dans la région de Tidewater avant de naviguer vers le nord. Aloha a transféré l'amiral Winslow au SP-549 le 1er juin afin qu'il puisse inspecter la base navale de Lewes, dans le Delaware, mais il est revenu à bord cet après-midi.

L'Aloha s'est ensuite réchauffé au Philadelphia Navy Yard le 3 juin avant de retourner à Hampton Roads, via Lewes, le 8 de ce mois. Le yacht a ensuite navigué dans les Hampton Roads, dans la région de la baie de Chesapeake pendant le reste du mois de juin avant de se diriger vers le nord pour New York, où, le 6 juillet 1918, le capitaine H. D. Hinckley, USCG, a remplacé le lieutenant Swift en tant que commandant.

Aloha a passé une grande partie de l'été dans les eaux au large de la côte nord-est, à Port Jefferson, New London, Connecticut; Newport, R.I. ; Machias et Boothbay, Maine ; Portsmouth, N.H. ; et Gloucester, Mass., avant d'arriver au Boston Navy Yard pour un carénage majeur le 27 août. Au cours de cette période de réparations et de modifications, qui a duré jusqu'en septembre et octobre, le navire a reçu un armement supplémentaire sous la forme de deux canons de 4 pouces.

Après avoir quitté le Boston Navy Yard le 5 novembre 1918, l'Aloha passa une grande partie du trajet qui s'ensuivit jusqu'à Shelburne, en Nouvelle-Écosse, et navigua et arriva à ce port deux jours plus tard. De retour à Boston le 10 novembre, le navire y était amarré lorsque l'armistice, mettant fin aux hostilités, fut signé le 11.

Le reste de la carrière du navire s'est déroulé alternativement à Newport, RI, et à New London et New Haven, dans le Connecticut, avant qu'il ne revienne à New York le 14 décembre, déplaçant son poste d'amarrage à un point au large de Pier 72, East 25th St. , à New York, le lendemain, où elle a passé les fêtes de fin d'année qui ont suivi.

Aloha est entré dans le New York Navy Yard le 10 janvier 1919, où les ouvriers du chantier ont retiré ses armes le lendemain. De retour à son mouillage au large de la jetée 72, l'Aloha passa les jours suivants à subir la première étape de la transformation de navire de guerre en yacht : son équipage nettoya le navire, fit briller le travail et débarqua des attirails tels que le drapeau, des chaises et une table ovale de la cabine de l'amiral au quai 72. Enfin, la métamorphose était presque terminée le 29 janvier 1919, lorsque l'équipage s'est rassemblé à l'arrière, et le capitaine Hinckley a lu les ordres du commandant, 3d Naval Oistrict, mettant le navire hors service. Le drapeau de l'amiral est descendu (le contre-amiral Winslow avait maintenu l'Aloha comme son vaisseau amiral jusqu'au tout dernier moment) et les couleurs, et un représentant du commodore James a signé un reçu pour le navire.

Au cours des mois qui ont suivi, les hommes du Commodore ont remis en état l'ancien vaisseau amiral, lui redonnant sa splendeur d'avant-guerre et le préparant pour le prochain voyage de son propriétaire. En 1921 et 1922, James a fait le tour du monde avec fierté et joie, en 1925, l'Aloha a navigué sur la Méditerranée, en 1927, elle est allée en Angleterre, dans la Baltique et en Hollande ; et en 1930, à nouveau en Méditerranée. Aloha est même apparu à New York lors de la revue présidentielle, en mai 1934, un événement noté avec humour par le capitaine Rufus F. Zogbaum, alors commandant Saratoga (CV-3), dans son autobiographie—From Sail to Saratoga :

"Aloha s'est approché à bord. J'ai pensé que je devrais leur envoyer un signal de salutation. Nous avons tourné tous les appareils disponibles sur elle, il n'y avait personne à bord du yacht qui pouvait lire nos signaux clignotants. Je pouvais presque entendre le Commodore monter et descendre en trombe sur son pont en criant à son capitaine de yacht norvégien : « Qu'est-ce qu'elle dit ? Quoi, tu ne peux pas le lire ? »

En fin de compte, ce beau et célèbre yacht, le seul de sa taille à flotter ainsi gréé, a servi fidèlement jusqu'à ce qu'il soit mis à la ferraille en 1938.


Voir la vidéo: La Belle aux cheveux dor. Histoire pour sendormir


Commentaires:

  1. Cumin

    Je ferais mieux de me taire

  2. Satordi

    Comme c'est drôle

  3. Fyren

    Maintenant, tout est clair, je remercie pour l'aide dans cette question.

  4. Vojin

    Cette situation m'est familière. Prêt à aider.

  5. Eurus

    De toute évidence, j'apprécie l'aide dans cette affaire.

  6. Elmer

    Totalement d'accord avec elle. Dans ce rien, et je pense que c'est une très bonne idée. Je suis d'accord avec toi.

  7. JoJozahn

    Je pense que c'est l'excellente idée.

  8. Mazum

    Cela me semble une excellente phrase



Écrire un message